UA-65828409-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/08/2016

RÉACTION DE NICOLAS NOGUERA, ADJOINT AU MAIRE AUX FESTIVITÉS et PRÉSIDENT DU COMITÉ DES FÊTES A L' INTERDICTION PRÉFECTORALE DES FESTIVITÉS DU 15 AOÛT AU SOIR: ARTIFICE ET DÉFECTION.. .

 

RÉACTION DE NICOLAS NOGUERA, ADJOINT AU MAIRE AUX FESTIVITÉS et PRÉSIDENT DU COMITÉ DES FÊTES A L' INTERDICTION PRÉFECTORALE DES FESTIVITÉS DU 15 AOÛT AU SOIR: ARTIFICE ET DÉFECTION.. .

 

 

INTERDICTION PRÉFECTORALE DES FESTIVITÉS DU 15 AOÛT AU SOIR: ARTIFICE ET DÉFECTION.. .

Eh bien oui M le préfet! Votre couperet préfectoral est tombé, par arrêté, vous avez donc décidé d'annuler le 15 Août au soir les festivités prévues sur les communes de Mauguio, Lansargues et Lunel!
En tant qu'adjoint au Maire chargé des festivités, en tant que président du comité des fêtes de Lansargues, je n'ai que ces deux mots qui sortent, au delà de la colère et de l'incompréhension de cette décision: artifice et défection!

3 communes sont concernées par cette interdiction: Lunel, Mauguio, Lansargues.
Mais qu'avons nous mal fait pour être ainsi stigmatisés? Ce n'est même pas une blague, même pas une duperie, mais un artifice!
3 communes concernées, pourquoi? La grande-motte, Palavas, voient leurs festivités maintenues: Mauguio, Lunel, Lansargues sont sacrifiées au nom de l’intérêt public?
Artifice! A moins de vouloir donner un satisfecit politique à trois communes dirigées par des élus de droite (c'est pour le moins paradoxal venant de votre haute autorité administrative!), à savoir La Grande-Motte, Palavas et j'y inclus Beziers , je ne peux en tant qu'élu, comprendre cette décision!!!
Ou alors s'agit-il plus simplement de privilégier certaines portions du territoire par rapport à d'autres? J'y verrai en ce cas, une tentative supplémentaire de la part de l'Etat, et donc de la Préfecture de participer au démantèlement de notre cohérence intercommunale: La Grande-Motte, et Palavas, dont les manifestations sont maintenues, font partie du pays de l'Or. Pourquoi interdire toute manifestations après 19h à Lansargues? Diviser , pour mieux régner? Je n'ose y penser!

Artifice aussi quand la décision préfectorale invoque l'insuffisance d'effectif: ok elle est réelle!
Mais annuler à ce seul motif revient à renier le travail des élus sur le terrain et toute la coopération (notamment avec la gendarmerie de Mauguio) qui s'en suit: ah mais qu'il est simple d'interdire!
C'est une forfanterie : je ne fais pas de politique, je suis un élu sans étiquette, de terrain, les pieds dans la terre de mon pays de Camargue,et non pas vissé derrière un bureau!
On annule! Mais quid des commerçants, manadiers, orchestres et tous ceux qui vivent aussi de nos fêtes votives? Et quid du coût que ça représente pour notre commune? Peut-être allez-vous le reporter Monsieur le Préfet, dans le cadre du transfert de compétences de l'Etat à nos collectivités??

Mais sortez donc de vos filets de pêcheurs Monsieur le Préfet Pouëssel! Venez voir plutôt à quoi ressemblent nos bious et nos fêtes votives !!!! non seulement vous aurez une vue plus précise de notre terroir, de notre patrimoine, de notre identité, mais peut-être cela vous aidera aussi à plus de concertation: un mot dont vous vous étiez fait chantre à votre arrivée et qui a vite disparu....
Pour un spécialiste du renseignement, on a fait mieux !!! vous vous cachez derrière des motifs d'ordre public: est-ce que vous vous rendez compte du travail de terrain que nous, élus locaux, entreprenons depuis des années, pour conserver et surtout transmettre notre patrimoine culturel !?

Au delà de l'artifice de cette décision, je dénonce surtout une défection de la part des services de l'Etat!

Annuler, c'est d'abord cracher sur notre travail d'élus de terrain: je ne rentrerai pas dans la polémique de donner raison aux terroristes ou pas.
Mon problème, Monsieur le Préfet, c'est qu'en annulant unilatéralement, sans concertation, vous piétinez ce que l'on entreprend quotidiennement depuis des années. Je parle non seulement du travail de coopération avec les unités responsables de la sécurité publique, mais aussi des initiatives que l'on prend pour assurer au cours de nos fêtes votives une sécurité à nos concitoyens: ainsi, 8 vigiles ont été recrutés pour que les manifestations publiques, et en particulier les bals du soir, se déroulent dans les meilleures conditions.
Non content d'enfermer notre population dans une psychose de guerre, et ce même si la menace est bien réelle, les décisions d'annulation anéantissent le dialogue que l'on a mis en place depuis des années: comment faire accepter à nos populations ce sentiment d'abandon: on annule et c'est tout? On interdit, on punit... Quelle réponse!!!
Quand j'évoque la défection, j'évoque aussi celle de certains de nos élus, et c'est peut-être même encore plus grave qu'une décision de fonctionnaire incapable de faire la différence entre une vache et biou d'or !!!!
Tout en vous remerciant Monsieur le Préfet d'être aussi arbitraire, je remercierai surtout certains de nos élus de notre communauté de communes du Pays de l'OR, qui, finalement vont à l'encontre de leurs propres convictions.
Puisque le démantèlement de notre entité territoriale est une ambition préfectorale (et ce n'est pas nouveau) cela va sans doute vous ravir mais moins faire rire nos concitoyens:
Il y a défection, en ce sens que je constate l' insuffisance de la solidarité territoriale: je n'ai entendu ni Stéphan Rossignol, ni Christian Jeanjean, venir défendre une cohérence territoriale: or il est facile de venir demander des signatures ou de l'aide à Lansargues lors d'élections par exemple, et de ne pas s'insurger contre le non-sens de votre décision au regard de la cohésion du Pays de l'OR! Certains élus mettent en avant la solidarité territoriale mais ne défendent pas nos traditions..
Alors, oui, certains vous recevront, Monsieur le Préfet, avec déférence lors de votre tournée des popotes, comme ça été le cas ces derniers mois. Sachez que par votre décision, d'autres, dont moi, vous regarderont avec un brin de défiance... Monsieur le Préfet, vous ne serez jamais soumis aux votes de nos concitoyens: cela vous aide-t-il peut-être dans votre arbitraire: mais cela ne vous grandit pas et le lien de confiance avec nos concitoyens est rompu.
Et n'oubliez jamais notre devise,"TAN QUE VIVREN,DES BIOUS AUREN"...
Vive la fête de Lansargues.
Nicolas Noguera
Adjoint, délégué aux festivités.
Président du comité des fêtes.

10:56 Écrit par FredMeyrieu dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | |

Commentaires

il est ce président!!!! défendons nos traditions et crions le plus fort que leur arrêté qui empêche les gens de faire la fête, de se réunir pour un moment de partage et de joie!

Écrit par : aurore | 13/08/2016

il est bien ce président!!!! Défendons nos traditions et crions le plus fort que leur arrêté qui empêche les gens de faire la fête, de se réunir pour un moment de partage et de joie!

Écrit par : aurore | 13/08/2016

c'est plus qu'un président!! Partons, la joie de vivre et de partager comme les hussards partaient en guerre: vivons nos fêtes, pleinement! On a crié, c'est fait! Place à la fête!!!!

Écrit par : fred meyrieu | 13/08/2016

Diviser, diviser... pour mieux régner !
La pratique est séculaire. Elle est au coeur du problème et pourtant très facile à mettre en oeuvre. Une petite injustice par ci, une par là et le tour est joué. Si on commet une bonne action et que c'est notre voisin qui en est récompensé, on en voudra à son voisin. Si on accorde des privilèges aux uns sans les accorder aux autres, on crée des clans. Pour peu qu'on les accorde à ceux dont on pense de ne pas en avoir la légitimité, le fossé n'en est que plus grand.

Sous leurs airs de grands rassembleurs, les politiciens de droite comme de gauche n'ont de cesse de nous mettre dans des cases, de nous compartimenter et de nous opposer. Les jeunes contre les vieux, les patrons contre les ouvriers, les propriétaires contre les locataires, les fonctionnaires contre les travailleurs du privé, les français contre les étrangers et même les français entre eux, qu'ils soient de souche ou d'adoption.

Bien sûr, on me rétorquera que je sors du cadre de l'interdiction des festivités du 15 août. Mais en fait, pas tant que ça. Comment expliquer autrement que certaines communes distantes que de quelques battement d'ailes d'hirondelle ne soient pas soumises aux mêmes règles. La situation serait-elle différente à Palavas ou la Grande Motte ? Les risques d'attentats seraient-ils moins grands ? Certainement la proximité de la méditerranée...

Cette division ne se fait pas forcément par de grands coups d'éclat, mais par petites touches comme celle-ci, insidieusement. C'est bien connu, ce sont les petits ruisseaux qui forment les grands fleuves qui se jètent dans l'océan.

Mais tout cela pourrait bien un jour se retourner contre eux
Hier, on nous supprimait le taureau à la corde, depuis quelques années, on cherche à nous sabrer des jours de fête. Demain, on nous interdira probablement les encieros, bandidos et autres abrivados. Ce sont des pans entiers de notre patrimoine culturel qui part à vau-l'eau. Ce sont toutes ces traditions qui font le liens entre les générations et qui donnent à notre jeunesse son identité, ses repères. Or rappelons-nous ce que disait Daniel Balavoine au candidat François Mittérand :
"La jeunesse se désespère. Elle se désespère parce qu'elle n'a plus d'appui (...) Quand le désespoir devient mobilisateur, il est dangereux, il crée du terrorisme, la bande à Bader des trucs comme ça (...) !"
Et bien voilà, nous y sommes !

Il serait grand temps que ces messieurs s'aperçoivent que la vie ne s'apprend pas que dans les grandes écoles. Elle s'apprend aussi dans les rues de nos villes et les places de nos villages.

En attendant, je vais profiter à ma manière de la fête tant qu'il en est encore temps !

Écrit par : Patrick Normand | 14/08/2016

Les commentaires sont fermés.